Revenir en haut de la page
La P'Art Belle - 31 juillet & 1er août 2021, Sarzeau

[ITW] La Part Belle à… OYÉ !

  • Pouvez-vous nous présenter le label OYÉ en quelques mots ?

OYÉ est à l’art visuel ce qu’une maison de disques est à la musique : un label qui assure la promotion et la production d’artistes numériques, dans leurs projets personnels ou collectifs. Les 10 artistes d’OYÉ hybrident des disciplines, telles que : la 3D, la vidéo, le design, l’illustration et la sculpture, pour transmettre leur regard sensible et poétique sur notre monde. Leurs projets prennent la forme de projection immersive, de réalité virtuelle et augmentée, d’installation interactive, de sculpture LED, d’improvisation musicale et vidéo. Ils peuvent être accompagnés d’ateliers de découvertes pour les scolaires, de masterclasses professionnelles et de conférences.

  • Quels sont vos projets à venir ?

Construction de machines de recyclage de plastique (Precious Plastic) pour de futurs dispositifs artistiques et scénographiques recyclés. // Réalisation d’un dispositif de structure modulable en matériaux de récupération : bambou, métal, bois, afin de ne rien jeter après un évènement. // Résidence artistique au tiers lieux paysan La Farme pour la création d’un conte développé sur la base du projet Ar-Lumen, pour éveiller petits et grands aux enjeux écologiques.

Ar-Lumen : Projection visuelle éco-conçue par les artistes du label Oyé lors du festival La P’Art Belle 2019.
  • À quels artistes donneriez-vous la part belle ?

Studio Roosegarde, pour leur vision poétique des paysages technologiques;
Yann Nguema, pour son installation interactive sur les écosystèmes marins;
Studio Drift, pour leur série MATERIALISM qui donne à voir les quantités de matières mobilisées pour la production de nos objets.

  • Pourquoi être devenu partenaire de « La P’Art Belle » ?

Nous réalisons des projets avec de plus en plus de considérations éco-responsables. Cependant, nous étions contraints d’utiliser certaines technologies qui ne le sont pas forcément, notamment pour la vidéoprojection. Nous avions cette envie un peu folle de projeter sur un immense bâtiment à partir de vieux rétroprojecteurs hackés, sans savoir si cela fonctionnerait. La P’Art Belle nous a donné l’occasion de le faire malgré cette incertitude. Ce fut une confiance mutuelle qui nous a poussé à tout faire pour y parvenir. De plus, la résidence de création de ce projet, où nous avons rencontré le musicien PriXL, était très accueillante et conviviale. Cela nous a permis de développer le projet de spectacle et de projecteur low-tech dans les conditions idéales. 🙂

  • Que vous a apporté votre participation au festival ?

Un moment privilégié de réflexion et de propositions artistiques, dans un cadre bienveillant. Nous avons pu échanger avec l’équipe du festival et construire une vision commune qui nous a permis de développer le spectacle et une programmation inédite. Cela a été très constructif pour nous et a accéléré le changement des modes de conception auxquels nous réfléchissions. La relation avec le public était aussi super, nous avons pu avoir de nombreux échanges et discussions autour du thème du festival et de nos pratiques. On a très hâte de remettre ça de plus belle ! (et nous aussi ! 🙌🏼)

Interview réalisée avec Paul Vivien et Tom Hébrard par 4 étudiant.e.s de l’IUT de Vannes en Techniques de Commercialisation (Juliette, Justine, Axel et Ana).

Vous aimerez aussi